L’EPSM Charcot, situé sur un magnifique site de 39 hectares, est engagé dans la préservation de l’environnement. Des prairies fleuries propices à la biodiversité sont semées chaque année et fleurissent d’avril à septembre. La préservation et la gestion des espaces verts, boisés ou non, constituent une priorité.
Le tri sélectif des déchets est pratiqué depuis 2003 et une plateforme de stockage intermédiaire est en service. La réalisation de travaux d’amélioration du chauffage et d’isolation a pour objectif
de réduire la consommation d’énergies non renouvelables sur le site.
L’établissement a investi dans des voitures électriques et des bicyclettes et l’achat de véhicules prend en compte la consommations de carburant et le niveaux d’émission de CO2.

Depuis plusieurs années, le service environnement met en œuvre avec succès la gestion différenciée des espaces verts. Ces différentes parcelles contribuent à la biodiversité sur notre site en offrant un refuge aux insectes et à la petite faune.
Dans un même temps, et pour donner du sens, l’établissement a abandonné l’utilisation des produits phytosanitaires (désherbant, traitement sélectif) ce qui a permis de développer de nouvelles pratiques comme le désherbage mécanique, l’acceptation d’espaces colonisés par des « mauvaises herbes », les fauches tardives afin de ne plus exposer les professionnels à la toxicité de ces produits.
En 2014, une pommeraie composée de plusieurs variétés de pommes a été plantée.

L’EPSM travaille avec l’Entreprise “La Feuille d’Erable” qui outre sa mission de collecte et de tri des déchets, a aussi une mission d’insertion et participe ainsi à l’économie circulaire.
Ce prestataire rachète à l’établissement la matière première que sous certaines conditions, le but étant d’avoir des gisements de bonne qualité pour permettre de valoriser le maximum de papier.
Grace à la participation de l’ensemble des usagers, le recyclage est de bonne qualité et les volumes croissants obligent l’Etablissement à modifier ses méthodes de collecte et processus logistiques.
Et ne pas oublier pas que le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas !

Dans le cadre du plan de gestion des espaces boisés réalisé en partenariat avec l’Office National des Forêts, le service environnement effectue des travaux dans le parc de l’EPSM. Ce plan prend en compte différents aspects, tels que la sécurité, la sylviculture, le paysage et la reconquête du milieu naturel, avec comme objectif principal la pérennisation du patrimoine arboré de 12 hectares. Il a donné lieu à des propositions hiérarchisées sous forme de zonages et d’un calendrier établi sur 10 ans (2012-2021).
Les travaux ont débuté en 2012 par la coupe rase de parcelles entièrement replantées avec plus de 1000 arbres de différentes essences. Quelques arbres sénescents ou morts ont été conservés pour servir de refuge aux petits animaux et insectes et ainsi participer à la biodiversité du site.
Tous les ans, afin de sécuriser le site, le service environnement analyse et cible les arbres potentiellement dangereux afin de prévenir des chutes qui pourraient blesser les usagers du parc.

A l’occasion de la journée nationale contre le gaspillage alimentaire d’octobre 2019, les établissements du Groupement Hospitalier de Territoire (GHT) de Sud Bretagne et le GIP BSL (Bretagne Santé Logistique) se sont engagés dans la lutte contre le gaspillage alimentaire.
La loi alimentation dite EGALIM (oct. 2018) contient un certain nombre de mesures et notamment l’obligation de réaliser un état des lieux sur le sujet en 2020.
Par anticipation, les établissements du GHT Sud Bretagne ont répondu à un appel à projet co financé par l’ADEME Bretagne, en s’engageant dans une mission de diagnostic et de lutte contre le gaspillage alimentaire.
Un état des lieux du gaspillage alimentaire sous forme de pesées des déchets organiques a été réalisé sur l’ensemble des sites de production du GIP BSL et sur un échantillon représentatif de 8 services d’hospitalisation ou d’hébergement des deux établissements de santé accueillant des patients ou des résidents d’âge et d’état de santé différents.
Un plan d’actions institutionnel ambitieux devrait prochainement être arrêté. Les premières actions devront être conduites d’ici le printemps 2020, date à laquelle de nouvelles pesées seront réalisées au sein des mêmes services.

Parmi ces actions peuvent être citées :

  • adapter les grammages et les composantes servis au patient en fonction de ses besoins,
  • « personnaliser » le repas en fonction des aversions du patient et du résident,
  • améliorer les conditions de prise de commande du repas et faire de celui-ci un véritable moment de plaisir,
    développer le don alimentaire aux associations caritatives,*
  • valoriser les unités de fabrication et mieux les faire connaître aux professionnels de santé comme au grand public, notamment à travers les représentants des usagers à l’hôpital.

Cette formation a pour but de :

  • Connaître, cerner et apprécier l’impact environnemental généré par la conduite à titre professionnel ;
  • Acquérir les compétences nécessaires à une conduite économique ;
  • Mesurer les gains en terme de consommation et de sécurité ;
  • Intégrer les fondamentaux de la conduite professionnelle.

La Lingerie de l’EPSM développe depuis quelques années la réfection du mobilier existant (chaises, canapés, fauteuils…) à destination des services de l’établissement en s’appuyant sur les compétences et appétences des professionnels de la lingerie.
Cette opération permet d’offrir une seconde vie aux meubles pour leur faire retrouver leurs aspect et fonctionnalité d’origine tout en répondant aux normes d’hygiène hospitalière et aux attentes des professionnels.

Le comité de pilotage (COPIL) consacré au développement durable à l’EPSM a été institué en 2015 et ses travaux ont abouti à l’approbation d’une charte ainsi que des axes d’amélioration dans le champ du développement durable.
En effet, de nombreuses filières de tri et de valorisation existent déjà sur l’établissement, mais certaines restent encore à développer ou à mettre en place. L’idée du COPIL est de s’appuyer en particulier sur des associations locales pour créer de nouvelles filières au sein de l’établissement.
Depuis 2012, l’établissement s’est doté d’une plate-forme dédiée au tri des déchets d’activité économique (déchets issus du bâtiment et de l’industrie).
Depuis novembre 2019, une benne d’apport volontaire a été mise en place au niveau du parking destinée à la récupération des vêtements non professionnels réalisée par Retritex, entreprise d’insertion, membre du mouvement Emmaüs. Le but est de valoriser ces textiles et limiter au maximum l’enfouissement ou l’incinération.
Depuis plusieurs années, l’EPSM, en partenariat avec Lorient Agglomération, s’est investi dans le développement des différentes filières de tri
et de valorisation des déchets.

  • Espace boisé

  • Jachère fleurie

  • Vue sur le parc

felis Aliquam elit. tempus elementum ultricies nec massa fringilla ut Phasellus ante.